Quelle puissance ces mots pour panser des maux !

Quelle puissance ces mots pour panser des maux !

Loin de moi de l’idée m’improviser critique littéraire.

 

Il est des livres qu’on met du temps à lire, non pas par sa difficulté de lecture, puisqu’il recèle de pépites d’humour et de formules fortes mais par la réflexion qu’il nous invite à avoir.

 

Quand j’ai acheté le livre « Racée », de Rachel Khan, je ne savais pas à quoi m’attendre.

J’ai vu qu’il déchaînait les débats, qu’il attisait autant les foudres que les critiques positives.

Tout ce que je savais c’est qu’il tombait à pic pour moi, alors que je suis en pleine crise de la quarantaine, accompagnée sans doute d’une crise de baby blues et le tout en période de crise sanitaire…

En somme un ensemble de crises qui m’amènent à me concentrer sur des sujets qui me touchent en profondeur : mon melting-pot de cultures, mon métissage, « mon collectif intérieur ?»

J’ai lu mots à maux le livre Racée de Rachel Khan pour recueillir le point de vue d’une autre personne à culture si mixte.

 

Bounty ou négresse ? Alors la métisse, choisis ton camp !

 

Un choix cornélien. Comment choisir son appartenance quand on réunit en soi différentes cultures ? « Il est impossible de choisir sa communauté sans renier une de ses identités. Alors nous voici rejeté par chacune des communautés qui composent notre être, parce qu’on se refuse à choisir un clan.»

Mais est-ce parce qu’on n’a pas choisi un clan ou parce qu’aucun clan ne nous considère comme l’un de leur ?

« Le mutant trouve sa singularité dans la non appartenance.»

 

Avant de lire ce livre, je ne mesurais pas le poids des mots, surtout ceux que Rachel Khan qualifie de « mots fourre-tout, qui ne vont nulle part »

J’ai pour habitude de toujours lier les mots à un contexte, et ce n’est qu’ainsi qu’ils prennent leur vrai sens.

Néanmoins j’oubliais que certains de ces mots ont été créés pour répondre à un contexte.

Et je l’ai compris grâce à l’exemple du vivre ensemble : « Le vivre ensemble reste le placebo d’une pensée qui ne panse rien ».

Pour paraphraser un des passages du livres, cette lecture m’a mis face aux injustices, aux humiliations et trahisons qui ont jalonnées ma vie et qui me font refoulées une violence et colère intérieure. Maintenant laissons place à la réparation. Je vais les considérer ces mots qui réparent. J’ai désormais plus de matière pour y réfléchir.

Quelle puissance ces mots pour panser des maux !

Loin de moi de l’idée m’improviser critique littéraire.

 

Il est des livres qu’on met du temps à lire, non pas par sa difficulté de lecture, puisqu’il recèle de pépites d’humour et de formules fortes mais par la réflexion qu’il nous invite à avoir.

 

Quand j’ai acheté le livre « Racée », de Rachel Khan, je ne savais pas à quoi m’attendre.

J’ai vu qu’il déchaînait les débats, qu’il attisait autant les foudres que les critiques positives.

Tout ce que je savais c’est qu’il tombait à pic pour moi, alors que je suis en pleine crise de la quarantaine, accompagnée sans doute d’une crise de baby blues et le tout en période de crise sanitaire…

En somme un ensemble de crises qui m’amènent à me concentrer sur des sujets qui me touchent en profondeur : mon melting-pot de cultures, mon métissage, « mon collectif intérieur ?»

J’ai lu mots à maux le livre Racée de Rachel Khan pour recueillir le point de vue d’une autre personne à culture si mixte.

 

Bounty ou négresse ? Alors la métisse, choisis ton camp !

 

Un choix cornélien. Comment choisir son appartenance quand on réunit en soi différentes cultures ? « Il est impossible de choisir sa communauté sans renier une de ses identités. Alors nous voici rejeté par chacune des communautés qui composent notre être, parce qu’on se refuse à choisir un clan.»

Mais est-ce parce qu’on n’a pas choisi un clan ou parce qu’aucun clan ne nous considère comme l’un de leur ?

« Le mutant trouve sa singularité dans la non appartenance.»

 

Avant de lire ce livre, je ne mesurais pas le poids des mots, surtout ceux que Rachel Khan qualifie de « mots fourre-tout, qui ne vont nulle part »

J’ai pour habitude de toujours lier les mots à un contexte, et ce n’est qu’ainsi qu’ils prennent leur vrai sens.

Néanmoins j’oubliais que certains de ces mots ont été créés pour répondre à un contexte.

Et je l’ai compris grâce à l’exemple du vivre ensemble : « Le vivre ensemble reste le placebo d’une pensée qui ne panse rien ».

Pour paraphraser un des passages du livres, cette lecture m’a mis face aux injustices, aux humiliations et trahisons qui ont jalonnées ma vie et qui me font refoulées une violence et colère intérieure. Maintenant laissons place à la réparation. Je vais les considérer ces mots qui réparent. J’ai désormais plus de matière pour y réfléchir.

Share:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Un commentaire sur « Quelle puissance ces mots pour panser des maux ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On Key

Related Posts

Beyoncé, une figure controversée du féminisme

Partager : Facebook Twitter Pinterest LinkedIn Alors que vendredi dernier, je faisais partie de ces milliers de personnes connectées pour la prévente des billets pour le concert retour de Béyoncé à la capitale, à Paris (enfin au Stade de France), j’ai décidé de me repencher sur le féminisme à la Beyoncé. Beyoncé est sans aucun

Les secrets du leadership féminin : explorons la force de l’égalité en action

Partager : Facebook Twitter Pinterest LinkedIn Le leadership féminin est un sujet de plus en plus populaire qui suscite de nombreuses discussions et débats dans les milieux professionnels. Il désigne l’exercice du pouvoir, de l’influence et de l’autorité par les femmes en tant que leaders dans divers contextes, tels que les entreprises, les gouvernements et

Notre point de départ ne détermine pas notre point d’arrivée

https://www.youtube.com/watch?v=EIt3le5DO_E Être né quelque part c’est toujours un hasard. Pour autant, est-ce que cela nous doit nous empêcher d’arriver là où on veut aller ? Au travers de confidences sur son parcours depuis sa naissance à Madagascar à sa vie actuelle de Working mum avec des postes à fortes responsabilités, Tania Gombert refuse le fatalisme

La reine Elisabeth II était-elle féministe ?

Partager : Facebook Twitter Pinterest LinkedIn La Reine Elisabeth II a régné sur le Royaume-Uni et d’autres pays du Commonwealth pendant plus de six décennies, et son rôle en tant que chef de la monarchie britannique a été considéré comme un symbole de stabilité et de continuité. Cependant, la question de savoir si la reine

Quelle puissance ces mots pour panser des maux !

Share:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Un commentaire sur « Quelle puissance ces mots pour panser des maux ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On Key

Related Posts

Beyoncé, une figure controversée du féminisme

Partager : Facebook Twitter Pinterest LinkedIn Alors que vendredi dernier, je faisais partie de ces milliers de personnes connectées pour la prévente des billets pour le concert retour de Béyoncé à la capitale, à Paris (enfin au Stade de France), j’ai décidé de me repencher sur le féminisme à la Beyoncé. Beyoncé est sans aucun

Les secrets du leadership féminin : explorons la force de l’égalité en action

Partager : Facebook Twitter Pinterest LinkedIn Le leadership féminin est un sujet de plus en plus populaire qui suscite de nombreuses discussions et débats dans les milieux professionnels. Il désigne l’exercice du pouvoir, de l’influence et de l’autorité par les femmes en tant que leaders dans divers contextes, tels que les entreprises, les gouvernements et

Notre point de départ ne détermine pas notre point d’arrivée

https://www.youtube.com/watch?v=EIt3le5DO_E Être né quelque part c’est toujours un hasard. Pour autant, est-ce que cela nous doit nous empêcher d’arriver là où on veut aller ? Au travers de confidences sur son parcours depuis sa naissance à Madagascar à sa vie actuelle de Working mum avec des postes à fortes responsabilités, Tania Gombert refuse le fatalisme

La reine Elisabeth II était-elle féministe ?

Partager : Facebook Twitter Pinterest LinkedIn La Reine Elisabeth II a régné sur le Royaume-Uni et d’autres pays du Commonwealth pendant plus de six décennies, et son rôle en tant que chef de la monarchie britannique a été considéré comme un symbole de stabilité et de continuité. Cependant, la question de savoir si la reine

Quelle puissance ces mots pour panser des maux !

Un commentaire sur « Quelle puissance ces mots pour panser des maux ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut